Aller au contenu principal

L’animation du réseau ou comment réussir le développement du covoiturage régional de courte et moyenne distance.

Contenu de la page

Les territoires où les actions en faveur du covoiturage fonctionnent le mieux consacrent plus de 75 % de leur budget à l’animation et à la communication.

Img_article_1

Ce fut, en 2016 l’une des grandes observations de l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie) dans le cadre de l’élaboration d’un guide sur le développement du covoiturage régulier de courte et moyenne distance.

 

Même constat fin 2017 lors d’une journée d’échanges organisée conjointement par l’AMF (Association des Maires de France) et le réseau Agir afin de mettre en exergue les bonnes pratiques du covoiturage de courte et moyenne distance au sein des collectivités locales.

 

Le covoiturage de courte distance, une pratique encore boudée par les usagers

 

Malgré son développement national (sur les longues distances avec le succès de Blablacar), le covoiturage de proximité (Domicile – Travail) se heurte encore aux réticences des conducteurs qui ne sautent pas le pas sur les petits trajets.

Cette pratique présente pourtant de nombreux avantages autant pour les usagers (économie, rencontres) que pour les territoires où la densité est trop faible pour proposer et organiser un réseau de transports collectifs performants.

Néanmoins, les freins préposés au covoiturage de proximité sont encore nombreux (peur d’être en retard, difficulté d’organisation, ...)  et supposent un travail d’évangélisation de cette pratique de la part des collectivités.

 

 

Les plateformes / applications mobiles, solution miracle des collectivités ?

 

A l’instar de Blablacar, success story au niveau national du covoiturage de longue distance, la mise en place de plateformes locales pour favoriser les trajets domicile-travail est-elle efficace ?

 

A cette question, l’ADEME ou encore le CEREMA (Centre d'Etudes et d'expertise pour les Risques, la Mobilité, l'Environnement et l'Aménagement) en arrivent à la même conclusion : la seule valorisation d’une plateforme de covoiturage ne suffit pas à atteindre les objectifs fixés. Il est nécessaire de travailler tant pour informer et changer les idées reçues que pour rendre pérenne la pratique du covoiturage.

 

En d’autres termes, une plateforme participe à une transition des usagers vers une dynamique de covoiturage mais elle ne se suffit pas à elle même.

 

Quelles sont alors les bonnes pratiques à mettre en œuvre afin de rendre cette pratique pérenne ?

 

4 leviers essentiels à la bonne conduite du changement 

 

Pour l’ADEME, outre une bonne gouvernance entre tous les acteurs (collectivités, entreprises, usagers), les quatre grands leviers de la politique de covoiturage sont les suivants :

- Des actions d’animation pour sensibiliser et fidéliser : En priorité, l’idée est de sensibiliser et interpeller avec pédagogie les salariés, décideurs des entreprises ou plus largement le grand public. Il faut alors favoriser non seulement une rencontre mais aussi animer et pérenniser la mise en place de bonnes pratiques au sein d’une entreprise ou d’une collectivité (cafés covoiturage, défis inter-entreprises)

- Une plateforme efficace de mise en relation entre usagers : en parallèle des actions de sensibilisation, une plateforme simple et efficace (site internet, appli mobile) permet de mettre en place de façon cette pratique sur le territoire (ex : OuestGo en Bretagne, Covoiturage Grand Lyon)

 

- La mise en place d’infrastructures permettant de faciliter le covoiturage : Places de parking réservées, aire de covoiturage, « point stop » sont autant d’aménagements possibles que facilitateurs de cette bonne pratique de la part des collectivités.

 

- L’évaluation sur les territoires permet de dresser un rapport efficacité / coût des actions mises en place. Elle est essentielle dans l’optimisation de cette pratique.

 

Interdépendantes, ces bonnes pratiques portent d’ores et déjà leurs fruits dans de nombreuses villes de l’hexagone et profitent d’une actualité forte notamment en Bretagne avec le lancement de OuestGo, service de covoiturage de proximité à échelle régionale.

 

éhop et OuestGo, incubateurs du changement en Bretagne et Pays de la Loire

 

Issue d’un groupement de collectivités, Ouestgo est, depuis le 22 mai, la plateforme de covoiturage de proximité de référence en Bretagne-Pays de la Loire. Covoiturage de proximité, événementiel mais aussi solidaire (personnes en recherche d’emploi qui n’ont pas le permis), Ouestgo est le nouvel outil d’éhop, association œuvrant pour la conduite du changement en Bretagne depuis près de 15 ans.

 

Parce qu’un site de mise en relation ne se suffit pas à lui-même, éhop s’engage à continuer son travail d’accompagnement dans la mise en place d’une politique publique de covoiturage du quotidien.

 

Promouvoir le covoiturage, donner envie d’essayer, inciter à l’inscription sur la plateforme Ouestgo (communication, animations terrain grand public et entreprises) constituer les équipages, animer la base d’inscrits sont autant de missions qu’éhop remplit au quotidien afin de pérenniser cette pratique en Bretagne et Pays de la Loire.

 

BD

 

Sources :

E.G.E. L’animation d’un réseau, clé du développement du covoiturage sur les territoires, 6 dec 2017, Maire-Info, http://www.maire-info.com/urbanisme-habitat-logement/transports/lanimation-dun-reseau-cle-du-developpement-du-covoiturage-sur-les-territoires-article-21359

ADEME. Développement du covoiturage régulier de courte et moyenne distance, septembre 2017 - 112 p. - 12 p. - Réf. 8629, 862, http://www.ademe.fr/developpement-covoiturage-regulier-courte-moyenne-distance